Le Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose (CRLD) au Mali

 

La drépanocytose a été reconnue comme une priorité de santé publique à partir de 2005.  La situation au Mali au moment de cette reconnaissance se caractérisait par une prévalence du trait drépanocytaire qui varie entre 4 et 15% du nord au sud et un nombre de naissances drépanocytaires estimé entre 5000 à 6000 par an, une mortalité élevée parmi les drépanocytaires qui n’ont pas accès à des soins spécifiques : 50% de décès avant 5 ans.

La création du CRLD de Bamako  est venue répondre  au drame malien décrit ci-dessus, en tant qu’Etablissement Publique à caractère Scientifique et Technologique, placé sous l’autorité du Ministère chargé de la santé. Le plaidoyer médical en faveur de sa création qui a commencé en 2005, a reçu dès 2006,  l’attention de la Fondation Pierre Fabre, qui a constitué très rapidement, un consortium de Partenaires Techniques et Financiers (PTF) avec à la clé, la signature d’un accord de partenariat avec l’Etat malien à travers son Ministère de la santé. Ce consortium était constitué par l’Atelier Depresle, Architecture et Urbanisme de France ; la Fondation Pierre Fabre ; la Direction de Coopération Internationale de la Principauté de Monaco ; le département du Conseil Général 92 et la Coopération française.

Le CRLD est dirigé par le Professeur Dapa DIALLO de l’Université de Bamako. Son Comité Scientifique est présidé par le Professeur Gil Tchernia de l’Université Paris XI. C’est un Etablissement Public à caractère Scientifique et Technologique (EPST) placé sous la tutelle du Ministère de la Santé malien.

Il travaille en réseau avec les autres structures de santé de Bamako.

CRLD Mali

SES MISSIONS

Les missions qui ont été assignées au CRLD sont au nombre de 5 :

  • assurer l’accès à des soins de qualité par une médecine préventive et la prise en charge des complications dans l’équité.
  •  développer la recherche médicale sur la drépanocytose.
  •  former le personnel médical sur la drépanocytose.
  • développer l’éducation, l’information et la communication sur la maladie.
  • promouvoir la coopération nationale et internationale (Sud-Sud, Nord-Sud). Le concept novateur pour permettre un accès équitable aux soins et qui n’a été possible que grâce à l’appui des PTF, a consisté à faire payer 40% d’un forfait, seulement après l’administration des soins avec la possibilité d’un règlement à tempérament.

 

SON FONCTIONNEMENT : permettre un accès aux soins pour tous

Chaque patient qui arrive au CRLD est pris en charge. En cas de crise, il est immédiatement hospitalisé et soulagé dans l’heure qui suit. Dans la mesure où une hospitalisation « longue durée » est nécessaire, il est transféré vers l’un des centres hospitaliers universitaires de référence de Bamako.

Un forfait annuel correspondant à 40% des frais de prestation du centre lui est demandé, à l’issue de sa prise en charge. Ce paiement peut être étalé sur plusieurs mois.

Le forfait comprend les consultations, le bilan du laboratoire, les médicaments et vaccins, un Doppler transcrânien pour les moins de 15 ans…

Conduire la recherche clinique et fondamentale

Assurer la formation initiale et continue sur la drépanocytose

LE QUOTIDIEN

Le quotidien actuel du centre est le suivi d’une cohorte de malades qui augmente régulièrement, passant de 956 à sa création en 2010 à 2953 en fin 2012. Ces malades proviennent pour l’essentiel, de Bamako, la capitale (78%), mais également, des autres régions du Mali (20%), des pays de la sous-région africaine, de la France et des USA (2%). Les décès enregistrés sur cette cohorte, toutes causes confondues concernent 26 drépanocytaires (soit 0,9% en 2012). Les réalisations par rapport aux prévisions, montrent un facteur de multiplication variant selon les indicateurs mais toujours inattendu : 1,2 à 1,6 pour le  recrutement des malades ; 2,2 à 2,4 pour les hospitalisations, 1,4 à 1,6 pour l’activité transfusionnelle.

Médecins du CRLD

 

En conclusion, le Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose a été créé grâce à une forte volonté politique accompagnée par un partenariat Nord-Sud exemplaire. Les résultats obtenus  au bout de 3 années d’activités, confirment  la justesse  du  plaidoyer initial en faveur de sa création. On peut ainsi affirmer au terme de ce bilan, que ce centre contribue à l’atteinte des Objectifs 4, 5 et 6 du Millénaire du Développement Durable au Mali. L’expérience capitalisée au cours de son cheminement amène à évoquer aujourd‘hui des questions qui méritent d’être partagés. Ces questions sont : Quel doit être le statut d’un Centre de Référence de la drépanocytose en Afrique? Quelles doivent être ses missions? Quelle doivent être les politiques d’accès des drépanocytaires aux soins spécifiques en Afrique? Comment impliquer les Etats africains dans la conception et la mise en œuvre de ces politiques? Comment organiser la prise en charge des cas dans les zones rurales démunies et dont l’accès est limité aux structures de santé de base?

 

 


 

 

 

 

 

Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose (CRLD)

03 BP 186 Bamako 03 Commune III, Point G, Bamako, Mali

Tél. (223) 20 22 38 98

Le centre est ouvert tous les jours de 7h30 à 16h00.

 

www.crld.sante.gov.ml

info@crldmali.org